mardi 13 juin 2006

Enseignants

maitre_d_ecole_et_ecolier1



Enseignants

du Département Histoire de Paris VIII




Histoire ancienne



Anne DAGUET-GAGEYart_3758
- Les Opera Publica à Rome, 180-305 après J.-C, Paris, Institut d'Études Augustiniennes, 1997.
- (en collab.), L'empire romain au IIIe siècle, Paris, Atlande, 1997.
- Septime Sévère, Rome, l'Afrique et l'Orient, Paris, Payot, 2000.
- présentation éditoriale de ce livre
- à propos de ce livre et de Septime Sévère
- bio-biblio




Francis JOANNESfranis_joannes2200261209.08.lzzzzzzz
- Textes économiques de la Babylonie récente
, Paris, 1982. - Archives de Borsippa : la famille Ea-Iluta-Bani, Genève, 1989.
- Rendre la justice en Mésopotamie. Archives judiciaires du Proche-Orient ancien (IIIe-Ier millénaires avant-J.-C.), Saint-Denis, PUV, coll. Temps & Espaces, 2000.
- La Mésopotamie au Ier millénaire avant J.-C., Armand Colin, 2000.
-
(dir.), Dictionnaire de la Civilisation Mésopotamienne, Robert Laffont,
Collection Bouquins, Paris, 2001.
- The Age of Empires, 
Columbia University Press, 2005.
- Les premières civilisations : de la Grèce mycénienne à l'Indus, Belin, 2006.

0748617566.01.lzzzzzzz

dictionnairedelacivilisationmesopotamienne

2842920716.08.lzzzzzzz








Brigitte LE GUENimage2858161658.08.lzzzzzzz
- La Lettre de Pallas, nos 1-6 (Revue consacrée à la publication de notes brèves relatives à l'Antiquité classique).

-
La vie religieuse dans le monde grec du Ve au III e siècle avant notre ère, Toulouse, PUM, 1991, 256 p.
-
De la scène aux gradins. Théâtre et représentations dramatiques après Alexandre le Grand, Actes de la Table ronde internationale organisée les 24-25 janvier 1997 à Toulouse , Pallas n° 47, 1997.
- Les associations de Technites dionysiaques à l'époque hellénistique, 2 vol.(synthèse et corpus documentaire), 579 p., A.D.R.A. Nancy, 2001.

-
Le théâtre grec et ses acteurs après la mort d'Alexandre le Grand (en préparation, à paraître chez Fayard).
- axes de recherche



Claudia MOATTImoatti
- À la recherche de la Rome antique. Introduction à l'histoire de l'archéologie romaine, Paris, Gallimard, Découvertes, 1989.
- Archives et partage de la terre dans le monde romain, IIe s. av.-Ier siècle ap. J. -C., Rome, École Française de Rome, 1993.
- (en collab. avec O. de Cazanove), L'Italie romaine d'Hannibal à César, Paris, A. Colin, coll. U, 1994.
- La Raison de Rome. Naissance de l'esprit critique à l'époque républicaine (IIe-Ier s. av. J.- C.), Seuil, 1997.
- (éd.), La mémoire perdue. Recherches sur l'administration romaine, Rome, École française de Rome, 1999.
- (en collab.), Rome, Paris, Citadelles & Mazenod, collection Les grandes villes et l’art, 1999.
- I tempi di Roma, (en collaboration), Ed. Adam Biro, Paris, 2000.

- bio-biblio (en langue anglaise).

2070530736.08.lzzzzzzz2020131153.01.lzzzzzzzrome_mazenod2876602830.08.lzzzzzzzmemoire_perdue












Christophe PÉBARTHE2910023494.01.lzzzzzzz
- (co-édition avec Alain Bresson et Anne-Marie Cocula), L'écriture publique du pouvoir, Ausonius, Bordeaux, 2005.






Annie SCHNAPP-GOURBEILLON2707112453.08.lzzzzzzz220026562x.08.lzzzzzzz
- Lions, héros, masques. Les représentations animales chez Homère, Paris, Maspéro, 1981.
- (en collab. avec Claude Mossé), Précis d'histoire grecque, Paris, A. Colin, coll. U, 1991.
- Aux origines de la Grèce. (XIIIe-VIIIe siècles avant notre ère). La genèse du politique, Paris, Les Belles Lettres, 2002.



Giusto TRAÏNAgiusto_tra_na
- notice biblio
- Le valli Grandi Veronesi in età romana, éd. Giardini, 1983.
- Ambiente e paesaggi di Roma antica, éd. Carocci, 1990.
- La tecnica in Grecia e a Roma, Laterza, 1994.
- Marco Antonio, éd. Laterza, 2003.
- L'Afrique romaine : de l'Atlantique à la Tripolitaine, 69-439 ap., (avec
Antonio Ibba et René Dambron, cartographe), Bréal, 2006.

2749505747.01.lzzzzzzz1

8842067377

















Histoire médiévale



Boris BOVE2735505235.08.lzzzzzzz
- Dominer la ville : prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, éd. Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, CTHS, 2004.
- bibliographie




Rollins GUILD222203955x.08.lzzzzzzz
- thèse : Étude de la cathédrale d'Aix-en-Provence, 1981.
- bibliographie sur le site SHMESP
- La cathédrale d'Aix-en-Provence, éd. CNRS, 2000.



Anne-Marie HELVÉTIUS
- bio
- bio-biblio
- bibliographie
- biblio SHMESP
- recherche et études doctorales
- Abbayes, évêques et laïques : une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Age (VIIe-XIe s.), Bruxelles, éd. Crédit Communal, Belgique, 1994. (disponible sur site Galaxidion)



Gabriel MARTINEZ-GROSgabriel_mg_portrait2
- Ce que la culture doit aux Arabes d'Espagne (trad. de J. Vernet, La cultura hispanoárabe en Oriente y Occidente), Paris, Sindbad, 1985.
- L'idéologie omeyyade. La construction de la légitimité du califat de Cordoue, Xe-XIe siècles, Madrid, Bibliothèque de la Casa de Velázquez, 1992.
- (éd.), Ibn Hazm, De l'amour et des amants (Tawq al-hamâma fî-l- ulfa wa-l-ullâf), Paris, Sindbad, 1992.
- Identité andalouse, Paris, Sindbad-Actes Sud, 1997.
- Ibn Khaldûn et les sept vies de l'Islam,
Paris, Sindbad-Actes Sud, 2006.

* voir publications

gabriel_mg_ibn_khald_n2

2727402104.08.lzzzzzzz1

274271054x.08.lzzzzzzz1







 

Laurence MOULINIER2842921593.08.lzzzzzzz2859442774.08.lzzzzzzz
-
bibliographie SHMESP
- bibliographie : médecine médiévale
 
-
Hildegarde de Bingen, Louanges (présentation et traduction de ses poésies complètes), Paris, La Différence,1990.
- Le manuscrit perdu à Strasbourg. Enquête sur l'œuvre scientifique d'Hildegarde, Paris/Saint-Denis, Publications de la Sorbonne/Presses Universitaires de Vincennes, 1995.
- (en collab. avec B. Laurioux), Éducation et cultures dans l'Occident chrétien, du début du XIIe au milieu du  XVe siècle, Paris, Messène, 1998.
- (dir., avec P. Boucheron), Hommes de pouvoir : individu et politique  au temps de Saint Louis, Médiévales, 34, printemps  1998.
2070114171.01.lzzzzzzz
- (dir., avec B. Laurioux), Scrivere il Medio evo. Lo spazio, la santità, il cibo. Un libro dedicato ad Odile Redon/, Rome, Viella, 2001.
- Beate Hildegardis Cause et cure, edidit L. Moulinier, Berlin, Deutsche Akademie Verlag, 2003.
- (collab.) Jacques de Voragine, La légende dorée, édition publiée sous la dir. d’ A. Boureau, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2004.
- La juste mesure : quantifier, évaluer, mesurer, en Orient et Occident (VIII-XVIIIe s.), (dir. avec Line Sallmann, Catherine Verna et Nicolas Weill-Parot), Presses universitaires de Vincennes, 2005.


Catherine VERNA
- biblio SHMESP
- Les mines et les forges des Cisterciens en Champagne méridionale et en Bourgogne du Nord, XIIe-XVe siècles), Paris, A.E.D.E.H./Vulcain, 1995.
- Le temps des moulines. Fer, technique et société dans les Pyrénées centrales (XIVe-XVIe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.
* compte rendu par Didier Boisseuil dans Médiévales (2004)
- (avec P. Benoit), Le charbon de terre en Europe occidentale avant l’usage industriel du coke. Proceedings of the XXth international Congress of History of Science, vol. IV, Collection des Travaux de l’Académie internationale d’Histoire des Sciences,  Brépols, Turnhout, 1999.


Nicolas WEILL-PAROT07530449nwp
- (en collab.), Éducation et cultures. Occident chrétien, XIIe-mi-XVe siècle, Paris, Atlande, 1999.
- Les "images astrologiques" au Moyen Âge et à la Renaissance. Spéculations intellectuelles et pratiques magiques (XIIe-XVe siècle), Paris, Champion, 2002 (collection "Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l'aube des Lumières, 6).







Histoire moderne


Joël CORNETTEcornette_jo_l_photo
- Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 1993. (Réédition en édition de poche, Payot, 2000).
- L'affirmation de l'Etat absolu, 1515-1652, Paris, Hachette, Carré Histoire, 1993, quatrième édition revue et augmentée, 2003.
- Absolutisme et Lumières, 1652-1783, Paris, Hachette, Carré Histoire, 1993, édition revue et augmentée, 2000.
- Chronique du  règne de Louis XIV, Paris, SEDES, 1997.         
- (dir.), La France de la monarchie absolue, Paris, Le Seuil/L'Histoire, Points, 1997.
- La mélancolie du pouvoir. Omer Talon et le procès de la raison d'État, Paris, Fayard, 1998.
- Le Livre et le Glaive. Chronique de la France au XVIe siècle, Paris, SEDES, 1999.
- (en collab.), Histoire artistique de l'Europe, Le XVIIe siècle, Paris, Le Seuil, 1999.
- Versailles, Sélection du Reader's Digest, 1999.
- (dir.) Histoire de la France politique, tome 2. La Monarchie entre Renaissance et Révolution, Paris, Seuil, 2000.
cornette- Les années cardinales, 1599-1652, Paris, Armand Colin/ SEDES, 2000.
- Palais et pouvoir. De Constantinople à Versailles (co-direction avec Marie-France Auzépy), Presses Universitaires de Vincennes, 2003.
- Le pouvoir de l'image, (co-direction, avec Marie-France Auzépy du colloque des historiens médiévistes et modernistes de Paris 8, organisé en mai 2003 au Musée d'art et dhistoire de Saint-Denis), à paraître.
- Histoire de la Bretagne et des Bretons (2 tomes), Seuil, 2005.

- L'affirmation de l'Etat absolu, 1492-1652, Paris, Hachette, Carré Histoire, 2006.
- Versailles : le pouvoir de la pierre, Tallandier, mai 2006.

2011454220.01.lzzzzzzz 2020332493.08.lzzzzzzz 2020826496.01.lzzzzzzz 2020324431.08.lzzzzzzz 2011457548.08.lzzzzzzz

2011455782.01.lzzzzzzz 2718190116.08.lzzzzzzz 2213601984.08.lzzzzzzz 2842921313.08.lzzzzzzz 2718193204.08.lzzzzzzz

2718190744.08.lzzzzzzz 2228886912.08.lzzzzzzz


Jean-Pierre DUTEILjean_pierre_duteil2011451965.08.lzzzzzzz
- Le Mandat du Ciel. Le rôle des Jésuites en Chine, Paris, Arguments, 1994.
- L'ombre des nuages. Histoire et civilisation du Vietnam sous la dynastie des Lê et le début des Ngyuên, XVe - début XIXe siècle, Paris, Arguments, 1997.
- (en collab.), Les civilisations du monde vers 1492, Paris,  Hachette, Carré Histoire, 1997.
- (en collab.), L'Europe, la mer et les colonies, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Hachette, Carré Histoire, 1997.
- La dissertation d'histoire, CAPES et Agrégation, Paris, Éd. du Temps, 1998.
- (éd.), Alexandre de Rhodes, Histoire du royaume du Tonkin, Paris, Kimé, 1999.
- L'Asie aux XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Ophrys, 2001.
- L'Europe à la découverte du monde du XIIIe au XVIIe siècle,  coll. "Campus", Armand Colin, 2003.
- Nicolas Gervaise, Description historique du Royaume de Macassar, relation de voyage fin XVIIe s., avec introduction et notes, Kimé, 2003.

2200262264.01.lzzzzzzz

2708009877.08.lzzzzzzz

2842740599.08.lzzzzzzz

2909109119.01.lzzzzzzz2909109194.08.lzzzzzzz









lellouch_istanbul

Benjamin LELLOUCH
- bio-biblio
-
Les Ottomans en Égypte. Historiens et conquérants au XVIe siècle, Paris, Peeters, 2006.
- (en collab. avec S. Yerasimos), Les traditions apocalyptiques au tournant de la chute de Constantinople, Paris, L'Harmattan, 2000.
- texte de Benjamin Lellouch en langue turque2738484778.08.lzzzzzzz









Philippe MINARD2876730642.01.lzzzzzzz
- Typographes des Lumières (suivi des Anecdotes typographiques de Nicolas Contat, 1761) , Seyssel, Champ Vallon, 1989.

- La fortune du colbertisme. Etat et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998.
- co-édition avec Steven L. KAPLAN, La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles,
2701131936.08.lzzzzzzz12213600465.08.lzzzzzzzParis, Belin, 2004.

- (en collab. avec René Grevet), L'histoire par les sources. La France moderne, 1498-1653, tome 1, Hachette, 1998.

- (en collab. avec Jean-Pierre Jessenne), L'histoire par les sources. La France moderne, 1653-1789, tome 2, Hachette, 1999.

- bio-biblio
- recherche et études doctorales
- notice Demologos

2011452120.08.lzzzzzzz9782011452115fs








puzelat

Michel PUZELAT2718191635.08.lzzzzzzz
- La vie rurale en France, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 2002 (1ère édition en 1999).
- note de l'éditeur sur ce livre






Line SALLMANN
- L'industrie de la soie en Bas-Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, École des Chartes, 1995.


Patrice PÉVÉRI
- recherches et études doctorales
- article : "Cette ville était comme un bois...", in Crimes et sociétés, 1, 2 (1997)
- article : "Les pickpockets à Paris au XVIIIe siècle", Revue d'Histoire moderne et contemporaine, 1, 1982, p. 3-35.







Histoire contemporaine



Marcel DORIGNY2701139740.08.lzzzzzzzdorigny
- Autun dans la Révolution française, 2 vol., Amatteis, 1988-1989.
- (dir.), Les abolitions de l'esclavage, de L. F. Sonthonax à Victor Schoelcher, 1793-1794-1848, Presses Universitaires de Vincennes/UNESCO, 1998.
- De forêts en vignes. Journal des comptes de Louis-Marie Fourat, notable de l'Autunois (1774-1807), Ed. univ. de Dijon/Université de Saint-Étienne, 1997.
- La Société des Amis des Noirs, 1788-1799 : contribution à l'histoire de l'abolition de l'esclavage, éd. Edicef/Aupelf, 1998.
- La France et les Amériques au temps de Jefferson et de Miranda, (dir., avec Marie-Jeanne Rossignol), Société des études robespierristes, CTHS, 2001.
- Rétablissement de l'esclavage dans les colonies françaises, 1802. Aux origines d'Haïti. Ruptures et continuités de la politique coloniale française (1800-1830) (colloque 2002), éd. Maisonneuve & Larose, 2003.
- Haïti, première république noire, éd. Société française d'histoire d'outre-mer, 2004.
- Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques, 1773-1802, Belin, 2004.

2908327430.08.lzzzzzzz9232033062.08.lzzzzzzz2706816929.08.lzzzzzzz2868490883.01.lzzzzzzz







Caroline DOUKI2868475922.08.lzzzzzzz
- bio-biblio
- Police et migrantes, en France : 1667-1939, (avec Marie-Claude Blanc-Chaléard et Nicole Dyonet), Presses universitaires de Rennes II, 2001.
- résumé colloque : Les petites Italies dans le monde (2005)

- rédactrice en chef de la Revue d'Histoire moderne et contemporaine



Pierre GERVAISphoto_gervais
- Les États-Unis de 1860 à nos jours, Paris, Hachette, 1998.
- Les origines de la révolution industrielle aux États-Unis : entre économie marchande et capitalisme industriel, 1800-1850, EHESS, 2004.
- bibliographie



271321825x.01.lzzzzzzz

2011457513.01.lzzzzzzz







Daniel LEFEUVREm_dany1
- Chère Algérie, Comptes et mécomptes de la tutelle coloniale, 1930-1962, Paris, Société Française d'Histoire d'Outre-Mer, 1997.
- ouvrage réédite sous le titre : Chère Algérie : la France et sa colonie, 1930-1962, Flammarion, 2005.
- Lettres d'Algérie. André Ségura, la guerre d'un appelé, 1958-1959, éd. Nicolas Philippe, 2003.
- Pour en finir avec la repentance coloniale, Flammarion, sept. 2006.
- bio-biblio

2859700196.08.lzzzzzzz

2082105016.01.lzzzzzzz

2748800524.08.lzzzzzzz

couv_Daniel_new

  Daniel_30_septembre






Daniel Lefeuvre



Michel MARGAIRAZ2110811218.08.lzzzzzzz2035826330.08.lzzzzzzzmargairaz
- Histoire de la RATP
, Paris, Albin Michel, 1989.
- L'Etat, les Finances et l'Economie en France de 1932 à 1952. Histoire d'une conversion, 2 vol., Paris, Imprimerie Nationale, 1991.
- Histoire économique, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Larousse, 1992.
- (en collab.), Industrialisation et sociétés. Europe occidentale, 1880-1970, Paris, Atlande, 1998.
- L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front Populaire, Larousse, 2006.

- bio-biblio



Jacques PORTES2213612862.08.mzzzzzzzjacques_portes
- Les Américains et la guerre du Vietnam
, Bruxelles, Complexe, 1993.

- Le Canada et la Québec au XXe siècle, Paris, A. Colin, coll. U, 1994.

- De la scène à l'écran. Naissance de la culture de masse aux Etats-Unis, Paris, Belin, 1997.

- Initiation à l'histoire du monde au XXe siècle, Paris, Ellipses, 1999.

- (dir.), Autour de la démocratie aux États-Unis et en Europe occidentale de 1918 à 1989, Paris, Ellipses, 1999.         

- Fascination and Misgivings, French Opinion about the United States, 1870-1914, New York, Cambridge University Press, 2000.

- Les Etats-Unis de l'Indépendance à la Première guerre mondiale, Paris, A. Colin, coll. Cursus, 2001 (nouvelle édition).

- Cinéma et histoire aux Etats-Unis, Paris, La Documentation photographique n° 8028, 2002.

- Buffalo Bill, Paris, Fayard, 2002.

- Les États-Unis de 1900 à nos jours, Paris, Armand Colin, «Prépas-Histoire», 2002 (nouvelle édition).

- bibliographie

2870274718.08.lzzzzzzz

2200263252.08.lzzzzzzz

2200267118.01.lzzzzzzz

272986928x.08.lzzzzzzz

2729899596.08.lzzzzzzz

2701117240.08.lzzzzzzz2200214677.08.lzzzzzzz















Marc RENNEVILLE2213608334.08.lzzzzzzzrenneville_1
- La médecine du crime. Émergence d'un regard médical sur la criminalité en France. 1785-1885, 2 vol., Lille, Presses du Septentrion, 1997.
- (en collab.), Histoire des sciences de l'homme (trajectoire, enjeux et questions vives), Paris, L'Harmattan, 1999.
- Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie, Paris, Sanofi-Synthélabo, Coll "Empêcheurs de penser en rond", 2000.

- Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires, Fayard, 2003.

- site personnel

284324143x.08.lzzzzzzz








2226104712.01.lzzzzzzz

riot

Michèle RIOT-SARCEY
- De la liberté des femmes. Lettres de dames au Globe, Paris, Côté-femmes, 1992.
- La démocratie à l'épreuve des femmes, trois figures critiques du pouvoir, Paris, Albin Michel, 1994.

- (dir.) Démocratie et Représentation, Actes du Colloque du Centre culturel de l'Albigeois, nov. 1994, Paris, Kimé, 1995.

- (avec A. Corbin et J. Lalouette), Femmes dans la cité, Paris, Créaphis, 1997.

- Le Réel de l'Utopie. Essai sur la politique au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

- (dir.) L'utopie en question, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2001.
 
- Histoire du féminisme, La Découverte, coll. "Repères", 2002.
- Le genre comme catégorie d'analyse : sociologie, histoire, littérature, (avec
 Christine  Planté, Dominique Fougeyrollas-Schwebel et Claude Zaidman), édition 2842920864.08.lzzzzzzz L'Harmattan, 2003.
- Dictionnaire des utopies, (avec Thomas Bouchet et Antoine
2841740307.08.lzzzzzzz Picon), Larousse,2035826500.08.lzzzzzzz 2006. 
- recherche et études doctorales







    

Yannick RIPAyannick_ripa
- La ronde des folles. Femmes, folie et enfermement au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1986.
- Histoire du rêve. Regards sur l'imaginaire nocturne des Français au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1989.
- Les femmes, actrices de l'Histoire. France, 1789-1945, Armand Colin, 2002.
- Les femmes, éd. Le cavalier bleu, 2002.

2846700354.08.lzzzzzzz1

2200264437.08.lzzzzzzz1

2700726146.08.lzzzzzzz









Emmanuelle SIBEUD2706813563.08.lzzzzzzz2713217849.08.lzzzzzzz
- (avec Anne Piriou, éds), L’Africanisme en questions, Paris, EHESS-Centre d’études africaines, 1997.
- (avec Jean-Loup Amselle, éds.), Entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire africaniste de Maurice Delafosse (1870-1926), Paris, Maisonneuve, 1998.
- Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1878-1930, Paris, Editions de l’Ehess, 2002.



Danielle TARTAKOWSKYtartakowsky1
- Les premiers communistes français, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1980.
- (avec N. Gérome et C. Willard), La banlieue en fête, Saint-Denis, PUV, 1988.
- (avec Alain Corbin et Noelle Gérome), Les usages politiques des fêtes au XIX-XXe siècle, Paris, Publications de la  Sorbonne, 1994.
- Le Front Populaire, la vie est à nous, Paris, Gallimard, coll. Découvertes, 1995.
- Le pouvoir est dans la rue. Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998.
- Les manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998.
- (avec J.-L. Robert), Paris, le peuple, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.
- Nous irons chanter sur vos tombes. Le Père-Lachaise, XIXe-XXe siècle, Paris, Aubier, 1999.
- (avec J.-L. Robert), Sociétés et représentations : "le Peuple en tous ses états", n°8, février 2000.
- (avec Claire Andrieu et Gilles Le Béguec) dir., Associations et champ politique, Publications de la Sorbonne, 2001.
- (avec Christian-Marc Bosseno), Sociétés et représentations  : "Dramaturgie du politique", n°12, 2001.
- (avec Michel Pigenet), Le Mouvement social : "Marches",  n°202, janvier -mars 2003.
- La manif en éclats, éd. La Dispute, 2004.
- La part du rêve, Histoire du Premier mai en France, Hachette littérature, 2005.
- Politique du passé : usages politiques du passé dans la France contemporaine (dir. avec Claire Andrieu, Marie-Claire Lavabre, Annette Becker), Publications de l'université de Provence, 2006.

2012357717.01.lzzzzzzz2853996301.01.lzzzzzzz2843030897.08.lzzzzzzz2700723104.08.lzzzzzzz2070533301.08.lzzzzzzz2700722868.08.lzzzzzzz1
















Philippe VERHEYDE2262015244.08.lzzzzzzz
- Les mauvais comptes de Vichy. L'aryanisation des entreprises juives, Perrin, 1999.
- bio-biblio

- au sujet des entreprises françaises sous l'Occupation




arton151


contact pour toute modification
Michel Renard

retour à l'accueil


Posté par histoirep8 à 13:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


mercredi 7 juin 2006

LA PAGE DES LYCÉENS

classe





La page des lycéens



Conseils aux lycéen(ne)s intéressé(e)s par des études d'Histoire à l'université Paris VIII-Saint-Denis.

Vous avez été reçus au baccalauréat. Félicitations ! Vous envisagez une inscription à l'université pour suivre des études d'Histoire. C'est bien. Mais :


news_3345_1

- si vous croyez qu'un archéologue ressemble à ceci :




- si vous croyez que les historiens passent leur temps à lire des documents comme celui-là :

20060406_224856_g








- si vous croyez qu'on trouve encore des trésors comme Howard
Carter en Égypte en 1922 :

carter


VOUS ÊTES FORMIDABLEMENT MOTIVÉS...



...MAIS VOUS IDÉALISEZ UN PEU LA PROFESSION !

Cependant, ne renoncez pas ! L'Histoire est passionnante. Elle constitue un formidable chemin d'accès à la culture du monde. Elle fournit un éclairage indispensable sur les dynamiques sociales et mentales. Elle permet d'échapper au conditionnement des idéologies, à l'aveuglement du présentisme, à la toute puissance de l'immédiat.

L'Histoire débouche directement sur des métiers et des professions tout en ouvrant l'esprit à la complexité et à la diversité des civilisations humaines. Elle contribue à la conscience critique nécessaire au vivre-ensemble des citoyens d'un même pays, d'une même planète. Et elle est distrayante...


bloch_apologie_histoire_l302

bloch1même si l’histoire devait être jugée incapable
d’autres services, il resterait à faire valoir,
en sa faveur, qu’elle est distrayante.
Ou, pour être plus exact — car chacun
cherche ses distractions où il lui plaît —
qu’elle paraît telle, incontestablement,
à un grand nombre d’hommes.
Personnellement,
d’aussi loin que je me souvienne,
elle m’a toujours beaucoup diverti.
Comme tous les historiens, je pense.
Sans quoi,
pour quelles raisons
auraient-ils choisi ce métier ?

Marc Bloch (1886-1944),
Apologie pour l'histoire (1941)








Quelques conseils


Au moment de quitter le lycée, ne vous débarrassez pas de vos manuels scolaires d'Histoire et de Géographie.
Vous en aurez besoin à l'université. Ils constituent des synthèses qui vous serviront de repères quand vous utiliserez les manuels du Supérieur et les ouvrages spécialisés.

9782091727554r127495009589782011353511_g12210103452g19782218745966_g1

9782218741951_g2




Vous pouvez même partir à la recherche de manuels anciens qui, s'ils sont dépassés pour les problématiques, conservent une trame événementielle bien utile. La collection des Malet-Isaac a d'ailleurs été rééditée ces dernières années en livres de poche.

2012790607.01.lzzzzzzz

2012790623.01.lzzzzzzz

2012790631.01.lzzzzzzz

201279064x.01.lzzzzzzz

 

 

 






anciens manuels

coll_malet_isaac

un ensemble complet de manuels d'Histoire de la collection Malet-Isaac


manuel_isaac_5e_alba     manuel_isaac_3e_alba1

jivjisaac1918
Jules Isaac
(1877-1963)   

- éléments de biographie intellectuelle
- Jules Isaac, un historien dans la Grande Guerre - Lettres et carnets, 1914-1917, commentaires Marc Michel, préface André Kaspi (Armand Colin, 2004)
- résumé conférence d'André Kaspi (2002)
 

Albert Malet (1864-1915)srvimg1






















Les manuels du Supérieur

- en attendant les indications précises des enseignants à la rentrée, voici une sélection de "manuels du supérieur" dont la lecture, et l'achat..., sont une bonne préparation pour des études d'histoire à l'université.







classe_3_002


Voilà... bienvenue en Histoire à Paris VIII-Saint-Denis !


contact Département Histoire : Martine ROMAN          


retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 6 juin 2006

Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire)

2035826330.08.lzzzzzzz2


L'avenir nous appartient !

Une histoire du Front populaire



- Michel MARGAIRAZ et Danielle TARTAKOWSKY, L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire, Larousse, 2006.

Présentation de l'éditeur
L'été 1936 voit se conjuguer, comme rarement l'histoire en fournit l'occasion, une victoire électorale de toute la gauche - unie pour la première fois sur un programme de lutte contre le fascisme et la crise -, un puissant mouvement populaire exprimé dans des grèves avec occupation et la formation du premier gouvernement à direction socialiste, qui engage nombre de réformes sociales. Par-delà les instants de bonheur célébrés et malgré les contraintes et les contradictions auxquelles il est rapidement confronté, l'événement va s'inscrire dans la durée en amorçant une double révolution culturelle : au sommet, en créant21_mai_1936 une nouvelle culture de gouvernement ; au sein de la société même, en suscitant une véritable culture de mobilisation et de lutte. Grâce à une traversée des textes et une importante iconographie, souvent inédite, les auteurs nous convient à parcourir ainsi une (autre) histoire du Front populaire.

 

Biographie des auteurs
Michel MARGAIRAZ est professeur d'Histoire contemporaine à l'université de Paris-VIII. Il a publié notamment : L'Etat, les finances et l'économie (1932-1952). Histoire d'une conversion (Imprimerie nationale, 1991) ; Histoire économique. XVIIIe-XXe siècle (Larousse, 1992).
Danielle TARTAKOWSKY est professeure d'Histoire contemporaine à l'université Paris-VIII. Spécialiste des mouvements sociaux, elle est l'auteure de divers ouvrages consacrés aux manifestations de rue (La Manif en éclats, la Dispute, 2004), aux fêtes populaires et aux grands mythes ouvriers dont le Premier mai (La Part du rêve : Histoire du 1e mai en France, Hachette, 2006).


front1











une véritable

culture de

mobilisation

et de lutte



 

L’avenir nous appartient !

Une histoire du Front populaire

de Danielle Tartakowsky et Michel Margairaz,

avec la participation de Daniel Lefeuvre

Peu de périodes de l’histoire de France contemporaine ont laissé un tel souvenir dans la mémoire populaire.
Le premier gouvernement socialiste dirigé par Léon Blum, l’occupation des usines, les grèves sur le tas, les congés payés, les 40 heures, autant d’événements qui peuplent l’imaginaire des Français et qui font de l’été 36 un moment de fête pour les uns, une période de chaos social pour les autres.
Sans être fausses, ces images ne recouvrent qu’une partie de la réalité, car comme toute période de profonds changements, le Front populaire est depuis soixante-dix ans l’objet d’une bataille de mémoire, où se mêlent légende dorée et légende noire.
Revendiqué par la gauche, associé à un élan de fraternité et de justice sociale, dénoncé par une partie de la droite pour ne pas avoir préparé le réarmement de la France, ou pour avoir compromis par ses mesures la reprise économique, le Front populaire est depuis lors une sorte de point de repère qui, perçu comme un succès ou un échec, sert à justifier ou à critiquer un programme politique.
L’avenir nous appartient ! entend dépasser ces vieux débats, pour analyser le Front populaire à la lumière des derniers travaux historiques (pour certains encore inédits) et faire le point non seulement des acquis mais des points aveugles (telles que la politique coloniale ou la place des femmes dans le monde du travail).
Réexaminant la question, Danielle Tartakowsky, historienne de la culture et des pratiques politiques, et Michel Margairaz, analyste des phénomènes et des conséquences économiques, en arrivent à la conclusionb_2 que le Front populaire est l’une de ces rares périodes de l’histoire de France où se combinent des mutations à la fois sur le plan des institutions, des partis, des décideurs, et sur le plan des pratiques sociales, culturelles, festives, militantes…
Cette conjonction insolite de mutations crée un véritable événement, propre à s'imprimer dans la durée, par-delà l’instant du bonheur célébré. Au point d’amorcer une véritable révolution culturelle. Mais l’étude de «36» ne serait pas complète sans une réflexion sur sa postérité.
Pour qui s’interroge sur ce que 36 peut encore nous dire, Danielle Tartakowsky et Michel Margairaz en arrivent à la conclusion que le Front populaire, à mesure de l’effacement de la mémoire vivante et de l’évolution contemporaine, n’est plus un modèle politique, mais demeure un mythe social et culturel.
Pour servir les propos des deux auteurs, une iconographie très riche et souvent inédite permet également de montrer l’été 36 sous un angle neuf et complexe, grâce en particulier aux fonds du Musée d’Histoire vivante de Montreuil qui, depuis plusieurs années, recueille des dons, essentiellement photographiques, de témoins et d’acteurs anonymes du Front populaire.

Communiqué des éditions Larousse


ext_media_fichier_221_publication_i_2_11631

1938_lelibertaire






 

1936. Le Front Populaire. Le repas des "camarades" dans l'usine occupée (CNHI)












cf. le site Increvables anarchistes

grves
Elbeuf en 1936


2035826330.08.lzzzzzzz3
fpop011









Dieppe en 1936



L'avenir nous appartient !
Une histoire du Front populaire
Larousse 2006




retour à l'accueil

retour au sommaire des "Publications récentes"


Posté par histoirep8 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 4 juin 2006

Joël Cornette (Versailles : le pouvoir de la pierre)

9782847342918




Versailles : le pouvoir de la pierre



- Joël CORNETTE, Versailles : le pouvoir de la pierre, Tallandier, mai 2006.

Présentation de l'éditeur
Monarchie et Républiques confondues : les grands travaux du prince seraient-ils une spécificité et une passion française ? Versailles offre, à qui se propose d'en parcourir les pages, un mode d'emploi de l'absolutisme et une interrogation sur le pouvoir. "Architecture parlante", discours politique par la pierre, le marbre, la peinture, Versailles s'identifie en grande partie au long règne de Louis XIV (1643-1715). C'est à une relecture de ce règne et de la monarchie de l'Ancien Régime que nous vous invitons. L'histoire du château, tout d'abord : par ses dimensions, par son opulence, par sa richesse artistique, ce palais du "plus grand roi du monde" a été un modèle pour tous les souverains de l'Europe des Lumières. L'histoire d'une forme de pouvoir, ensuite : l'Etat absolu, dont Versailles constitue la cour, fut imité, contesté, avant d'être abattu par les révolutionnaires de 1789. Mais la "grande histoire" ne doit pas masquer les manifestations moins connues de la vie quotidienne à Versailles : rituel contraignant de la cour, problèmes d'intendance, espace bruissant de rumeurs, de cabales, de scandales... Ce volume offre également un dossier d'histoire en construction : le lecteur découvrira les sources et les études multiples qui ont profondément renouvelé notre compréhension de ce monument de la "nation France".

Biographie de l'auteur
Joël Cornette est professeur à l'université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il est l'auteur de plusieurs
cornette_jo_l_photo1 ouvrages de référence dont La France de la monarchie absolue, 1610-1715 (Points-Seuil, 1997) et Versailles : le palais du roi Louis XIV (Sélection du Reader's Digest, 1999).


2709810786.08.lzzzzzzz1



versailles_perspective1

Le palais de Versailles fut l'instrument de la grandeur du prince. Il constitue d'une certaine manière le livre d'images de l'absolutisme, et peut-être plus encore : son plus spectaculaire fondement en forme de reliquaire royal. Mais il convient d'aborder et d'analyser avec prudence cet espace jalonné de signes visuels, d'autant, selon le mot de la princesse Palatine, qu'il n'y a pas un endroit à Versailles qui n'ait été modifié dix fois". Le "chétif château" du temps de Louis XIII fut en effet un perpétuel chantier dont les2228893641.08.lzzzzzzz3 étapes et les transformations signalent les métamorphoses, les affrontements esthétiques et quelques-uns des enjeux politiques qui marquèrent le "Grand Siècle".

(Joël Cornette, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Payot, 2000, p. 231)

 



versailles_ext_rieur

Versailles - Le roi demande aux meilleurs artistes de son temps de lui construire une résidence digne de lui : de 1662 à 1702, Versailles est un immense chantier où travaillent les architectes2020108798.08.lzzzzzzz Louis Le Vau, puis Jules Hardouin-Mansart et Robert de Cotte, le peintre Charles Le Brun, le jardinier Le Nôtre. En 1682, la cour s'installe définitivement dans ce cadre incomparable. Majesté, symétrie, mesure, telles sont les caractéristiques d'un ensemble où tout concourt à la gloire du souverain. Bâtiments et jardins s'ordonnent autour d'un grand axe qui part de la statue du roi dans la cour d'accès, passe par sa chambre au centre du palais et se prolonge par le Tapis vert et le Grand Canal. L'immense façade du château, du côté des jardins, est d'une ordonnance toute classique, avec ses trois étages, ses hautes fenêtres encadrées de pilastres, ses toits en terrasse limités par une balustrade.

François Lebrun, in Histoire de France, Points-Seuil, 1989, p. 214.

97828473429181





Versailles,

palais du "plus grand roi du monde",

a été un modèle pour tous les souverains

de l'Europe des Lumières




Joël CORNETTE, Versailles : le pouvoir de la pierre,
Tallandier, mai 2006.



retour au sommaire des "Publications récentes"

retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 14:38 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

jeudi 1 juin 2006

Supplique à Monsieur le président de la République pour le transfert au Panthéon de Marc Bloch

paris_pantheon__pantheon_outside
N'est-il pas temps pour la République de célébrer
comme il le mérite la mémoire de ce fils qui lui fait honneur ?



Supplique

à Monsieur le président de la République

pour le transfert au Panthéon

de Marc Bloch



bloch5LA MÉMOIRE du grand historien et du grand résistant que fut Marc Bloch (1886-1944) continue aujourd'hui à marquer notre réflexion et notre amour pour la France. Par son enseignement, par ses écrits, par le renouveau de l'histoire et le rayonnement qu'il a donné à cette discipline dans le monde entier, comme par ses actes et sa mort héroïques, celui qui reste aujourd'hui comme un modèle de citoyen, de soldat, d'intellectuel et de héros mérite de la France une reconnaissance particulière et une place choisie au Panthéon des gloires nationales.

Un héros, Marc Bloch le fut, à plusieurs reprises et pour ainsi dire naturellement. Le fondateur des Annales, avec Lucien Febvre, l'auteur de la Société féodale et des Rois thaumaturges, ainsi que des Caractères originaux de l'histoire rurale française, n'a jamais voulu se contenter d'une vie savante et retirée du monde. Il aimait ce propos de son maître, l'historien belge Henri Pirenne : «Si j'étais2226068732.08.lzzzzzzz1 antiquaire, je n'aurais d'yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis un historien, c'est pourquoi j'aime la vie.»
Marc Bloch aimait tellement la vie que son engagement d'historien, il le plaça toujours au service de sa patrie. Sa méthode même consistait à partir du temps présent pour mieux appréhender le passé. Il suivait en cela les conseils du grand Michelet qui disait : «Pour connaître le présent il faut d'abord s'en détourner.» S'en détourner, cela voulait dire pour Bloch agir dans le siècle.


2266139460.08.lzzzzzzz1


 



sergent22
Dès la première guerre mondiale, au 72e régiment d'infanterie, Marc Bloch se comporta en brave. Il obtint la Légion d'honneur à titre militaire, la Croix de guerre et quatre citations, soit une par an entre 1915 et 1918 ; il en obtiendra une autre en 1940. Ses états de service soulignent son «mépris du danger», sa «crânerie et [sa] froide résolution». Mais Marc Bloch a toujours voulu rester modeste : «Mes services de guerre 1914-1918 sont normaux.» Il avait le sens du simple devoir accompli ou, pour reprendre une expression de son supérieur, il exprimait un «humble héroïsme» qui est celui des meilleurs patriotes.

À aucun moment, alors que tant d'autres ont pu s'interroger sur le sens de ce combat furieux et sans fin, il n'a cessé de croire en son pays. En 1918, il ne se cachait pas d'avoir ressenti l'allégresse de la victoire. Car cet intellectuel n'a jamais été tenté par les sirènes pacifistes, même au plus fort des privations et des terribles corps à corps à la baïonnette, qui laissèrent tant de ses camarades sur le bord du fossé. Partageant avec eux ce que Jules Isaac appelait une «communauté de souffrances», pour lui, l'individu ne comptait pas devant le groupe et la nation. Qu'importe qu'un seul souffre, pensait-il, quand c'est le sort de la communauté nationale tout entière qui est en jeu. «Vous m'avez appris à mettre certaines choses au-dessus de la vie même», écrivait-il en 1915 à ses parents.

Il parlait là de la patrie, car il savait qu'il ne pouvait y avoir de démocratie sans communauté nationale. Élevé avec rigueur, il avait en son pays une foi dont notre époque mesure mal aujourd'hui la résonance.

Dans la lettre d'adieu qu'il avait rédigée en 1941, anticipant sur une possible capture, il déclarait : «Attaché à ma patrie par une tradition familiale déjà longue, nourri de son héritage spirituel et de son histoire, incapable en vérité d'en concevoir une autre où je puisse respirer à l'aise, je l'ai beaucoup aimé et servie de toutes mes forces».

2070227049.08.lzzzzzzzMonsieur le président de la République, ce n'est pas seulement parce que Marc Bloch est certainement l'un des plus grands historiens français, celui dont le nom contribue, plus de soixante ans après sa mort, à assurer encore à l'étranger le renom de la recherche française, qu'il a sa place au Panthéon. Mais c'est parce que sa vie même de citoyen est exemplaire, une vie au service de la nation. Lorsqu'en 1940, après s'être trouvé confronté au «plus atroce effondrement de notre histoire», comme il l'écrira dans L'Etrange Défaite, cette analyse de l'effondrement de la France, écrite sur le vif avec une étonnante lucidité, Marc Bloch n'aura qu'une idée : résister.

Alors qu'il aurait pu gagner les Etats-Unis, il préféra rester en France après la débâcle et malgré le statut des juifs. Sa réputation internationale lui permit d'être «relevé de déchéance» en ce qui concerne son métier d'enseignant. Cela ne l'empêcha pas d'entrer en clandestinité, suivi par ses trois fils.

La résistance, qu'il effectua notamment sous le pseudonyme de Narbonne, constitue chez ce patriote le prolongement logique de sa vie passée. Le 29 décembre 1943, il affirmait sa détermination dans le combat et la Libération: «Tous ceux qui l'auront méritée ne verront pas la grande récompense. Elle n'en sera pas moins celle qu'ils ont souhaitée et préparée.» Appartenant au mouvement Franc-Tireur, il sera arrêté le 8 mars 1944, torturé et abattu dans un champ le 16 juin 1944.

Monsieur le président de la République, indéniablement, Marc Bloch laisse derrière lui l'image d'un patriote fervent, d'un républicain convaincu, mais avant tout d'un grand Français. Communiant avec le passé de son pays, il était pour ainsi dire en osmose avec lui. On connaît sa célèbre définition : «Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l'histoire de France: ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération. Peu importe l'orientation de leurs préférences. Leur imperméabilité aux plus beaux jaillissements de l'enthousiasme collectif suffit à les condamner» (L'Etrange Défaite, p. 646).

Il avait compris la spécificité de la nation française, fondée sur l'histoire, la culture et la langue, et non sur2070325695.08.lzzzzzzz quelque caractéristique raciale ou religieuse. Ce républicain était, par sa famille, de confession juive. Il ne s'en était jamais soucié jusqu'à ce que la législation antisémite de Vichy ne le lui rappelle. Il ne cessera d'affirmer que les «juifs sont des Français comme les autres». Il se défiait des réactions communautaristes : «Evitons de donner des armes à ceux qui voudraient nous cantonner dans n'importe quel ghetto» (Lettre du 2 avril 1941 à Jean Ullmo). En républicain scrupuleux, il refusait de se définir comme un Français «d'origine juive». «Je suis juif, disait-il, sinon par la religion, que je ne pratique point, non plus que nulle autre, du moins par la naissance. Je n'en tire ni orgueil ni honte, étant, je l'espère, assez bon historien pour n'ignorer point que les prédispositions raciales sont un mythe». Et il ajoutait avec finesse : «Je ne revendique jamais mon origine que dans un cas : en face d'un antisémite» (L'Etrange Défaite, p. 524).

Celui qui tombera en martyr sous les balles allemandes, après avoir été torturé, avait cru toute sa vie que la ligne de partage entre les hommes restait celle de la nationalité. Le fondement de son identité, comme de son engagement d'historien, était l'amour dans la France.

Monsieur le président de la République, n'est-il pas temps pour cette dernière de célébrer comme il le mérite la mémoire de ce fils qui lui fait honneur ?

* * *


marc_bloch_d_cor__cg
Marc Bloch en uniforme, décoré de la Croix de guerre


Maurice Agulhon, professeur honoraire au Collège de France
Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales
Jean-Pierre Azema, professeur des universités
Annette Becker, professeur à l'université Paris X
André Burguière, directeur d'études à l'EHESS
Max Gallo, écrivain
Bronislaw Geremek, historien, membre du Parlement européen
Jacques Le Goff, ancien président de l'Ecole des hautes études en sciences sociales
Ran Halevi, directeur de recherches au CNRS (Centre Raymond-Aron)
Pierre Nora, de l'Académie française
Mona Ozouf, directeur de recherches au CNRS (Centre Raymond-Aron)
René Rémond, de l'Académie française
Eric Roussel, historien
Jean-Claude Schmitt, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales
Dominique Schnapper, membre du Conseil constitutionnel
Pierre Toubert, professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut
Michel Winock, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris.

1er juin 2006, (rubrique Figaro Littéraire)



ivr82_91010630p_p

Saint-Didier de Formans (Ain)
Monument aux Morts dit Monument aux Morts des Martyrs de la Résistance
(le nom de Marc Bloch figure sur la partie gauche)




bureau2
bureau de Marc Bloch. 59, allée de la Robertsau à Strasbourg

 

- photos de Marc Bloc : site de l'association Marc Bloch

2070775984.01.lzzzzzzz









L'Histoire, la Guerre, la Résistance
de Marc Bloch, Annette Becker (préface), Etienne Bloch (préface) Gallimard, "Quarto", 2006.


 

- le fonds Marc Bloch aux Archives nationales : AB XIX 3796-3852, AB XIX 4270-4275

- l'édition en ligne de L'étrange défaite. Témoignage écrit en 1940 (publié en 1946)


bloch_etrange_defaite_l25
L'étrange défaite, édition 1946



retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]