statuette_romane





Présentation du Département Histoire

de l'université Paris VIII-Saint-Denis



Origines

Notre Département  été fondé en 1969. Délibérément orienté vers la compréhension du monde contemporain, il se flatte d'avoir compté dans ses rangs des historiens tels que Marie-France Auzépy, Jean Bouvier, Maria Daraki, Marianne Debouzy, Robert Delort, Jean Devisse, Jean-Louis Flandrin, René Galissot, Jacques Gélis, Jacques Marseille, Claude Mossé, Alain Plessis, Bernard Quilliet, Madeleine Rebérioux, Odile Redon, Bernard Rosenberger, Pierre Sorlin, Benjamin Stora, Jacques Thobie, Claude Willard...stdenis1

Implanté à Saint-Denis depuis 1980, il s'est inséré dans son nouvel environnement et cherche à tirer parti de ressources culturelles locales plus riches que les habituels clichés sur «la banlieue» ne peuvent le laisser supposer.

Après plus de 30 ans d'existence, il s'efforce, tout en tenant compte des évolutions récentes dans l'accès à l'Université et des besoins nouveaux exprimés par les étudiants, notamment en matière de formation professionnelle, de rester fidèle à «l'esprit de Vincennes», et à ce qui a fait la réputation de Paris VIII.


072132615649




Où mène l'Histoire ?

La principale vocation des études d'Histoire est évidemment de former des historiens, enseignants ou chercheurs.
La préparation aux carrières de l'enseignement constitue donc l'une des fonctions privilégiées de l'enseignement de l'Histoire, qu'il s'agisse de l'enseignement secondaire général (CAPES, agrégation d'Histoire et de Géographie) ou professionnel (PLP), ou de l'enseignement élémentaire (professorat des écoles) pour lequel une formation en Histoire est recommandée. Les étudiants qui envisagent de se consacrer plus tard à la recherche, ouvrant la voie à l'enseignement universitaire, ont également tout intérêt à préparer les concours de l'enseignement secondaire.

Le Département d'histoire et la préparation aux concours du Capes et de l'Agrégation


professeur d'histoire


141
Robert Navarre, professeur d'histoire au CEG d'Aurillac
(photo de classe 1958-1960 ?) (source)

 prof2
Xavier de Glowczewski, professeur d'histoire
au lycée Faidherbe à Lille (L'Express, 16 mai 2005)


Mais à côté de ces filières liées à l'enseignement ou à la recherche, une formation en Histoire, par l'apprentissage d'une méthode critique rigoureuse et par la culture générale qu'elle apporte, peut également être utile pour la préparation à d'autres carrières : journalisme, documentation et bibliothèques, patrimoine, tourisme, administration...

journaliste_2_compressejournalisteredac

C'est pourquoi le département d'Histoire est engagé dans une réflexion visant à proposer des formations nouvelles en Technologies de l'information et de la communication et en Archéologie . De même que nous envisageons de participer, en association avec d'autres départements de l'Université, à des filières pluridisciplinaires préparant à des concours autres que ceux de l'enseignement (écoles de journalisme, sciences politiques, etc).

biblio3jeanneimg_0980




Comment se rendre à l'Université ?


m_tro_fac_st_denbisEn métro : ligne 13 (Châtillon - Saint-Denis), station «Saint-Denis-Université».

En bus : la gare routière, située à côté de l'Université, est desservie par 8 lignes de bus :
ligne 11 (St-Denis Porte de Paris-Goussainville)
ligne 253 (Stains-Saint-Denis Porte de Paris)
ligne 254 (Pierrefitte Stains RER-Saint-Denis Porte de Paris)
ligne 255 (Porte de Clignancourt-Stains)
ligne 261 (Franconville-Saint-Denis Université)
ligne 268 (Villiers-le-Bel RER-Saint-Denis Université)
ligne 356 (Deuil la Barre-Saint-Denis Université)
ligne 361 (Gare d'Argenteuil-Saint-Denis Université).

La ligne 255 avec la ligne D du RER (Melun - Orry la Ville)
À proximité de l'Université, la place du Général Leclerc est desservie par des bus : ligne 168 (St-Denis Porte de Paris - Pierrefitte-Garges-Sarcelles RER) ; ligne 256 (Gare d'Enghien - La Courneuve Aubervilliers).

En train, descendre à la gare de Saint-Denis

En tramway Bobigny-Saint-Denis, place du 8 mai 1945

En voiture, accès par l'autoroute A1, puis la Nationale 1 (direction Beauvais).

08_a05

plan_paris_8_r_duit
l'espace occupé par l'université Paris VIII-Saint-Denis est en orange




Paris VIII Vincennes-Saint-Denis


L'Université de Paris VIII a été créée en novembre 1968, à l'initiative d'un collectif d'enseignants de lafaure Sorbonne, soutenu par le ministre de l'Education nationale d'alors, Edgar Faure : ce fut le Centre expérimental de Vincennes, qui avait le souci de réunir des enseignements les plus divers possibles, depuis les cursus classiques des facultés des lettres (histoire, philosophie, littérature, langues) jusqu'à des disciplines alors absentes des universités françaises (informatique, cinéma, urbanisme, théâtre, psychanalyse, arts plastiques...). Les étudiants étaient aussi d'origine diverse : Vincennes accueillait en particulier ceux et celles qui n'avaient pas suivi un cursus ordinaire (salariés, non-bacheliers), à une époque où 80 % d'une classe d'âge allaient, non pas au baccalauréat, mais au travail.

Des professeurs prestigieux ont enseigné à Paris VIII dès sa création : Gilles Deleuze (1925-1995), deleuz2François Châtelet (1925-1985), Michel Foucault (1926-1984), Jean-François Lyotard (1924-1998)... L'historien Jacques Droz (1909-1998) fut un de ses premiers présidents. De nouvelles pratiques pédagogiques y ont été expérimentées - unités de valeur semestrielles, notation continue, interdisciplinarité -, dont beaucoup sont devenues aujourd'hui la norme. Installée à Vincennes jusqu'en 1980, l'Université de Paris VIII a été transférée autoritairement à Saint-Denis contre l'avis des usagers d'alors, étudiants, enseignants et personnels. C'est la raison pour fran_ois_chateletlaquelle, par attachement à ses origines, elle arbore aujourd'hui encore un nom qui peut surprendre : Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis.

Outre l'aspect symbolique qu'elle revêt, cette dénomination porte la marque de ce qui a toujours été l'âme de l'Université : la volonté de démocratiser et d'innover, même si, évidemment, beaucoup de choses ont changé depuis sa création. Avec l'élargissement de l'accès à l'enseignement supérieur et la sectorisation, l'Université foucaultrecrute aujourd'hui une grande part de ses étudiants dans la banlieue nord. Un travail considérable est mené pour faciliter l'insertion des étudiants dans la vie universitaire et pour mettre en place un véritable apprentissage du travail intellectuel : semestre d'orientation, travail en petits groupes, cours du soir, soutien méthodologique, enseignements de base en première année de DEUG, suivi individuel des étudiants, tutorat et ateliers d'écriture. Mais l'Université se refuse à n'être qu'un collège universitaire de premier cycle, et poursuit des cursus de lyotardrecherche extrêmement pointue et de renommée internationale, y compris dans des secteurs innovants : hypermédias, robotique, imagerie, ergonomie...

La nouvelle Bibliothèque Universitaire, qui a ouvert ses portes en avril 1998 - en même temps que la station de métro «Saint-Denis-Université» - est le témoignage de l'ancrage de l'Université dans son espace régional et local : aussi vaste que la bibliothèque de Beaubourg, elle veut être, à l'image de son architecture - une passerelle franchissant l'avenue -, un lieu d'échanges et de relations entre le milieu universitaire et la population de la Région, et constitue à coup sûr un atout de premier ordre.

 

photos (de haut en bas) : Edgar Faure, Gilles Deleuze, François Chatelet,
Michel Foucault, Jean-François Lyotard


fac01
université Paris VIII Vincennes (avant 1980)


retour à l'accueil