samedi 30 septembre 2006

Publications des historiens de Paris VIII

l_archiviste



les publications récentes

des historiens de Paris VIII



couv_Daniel_new




- Daniel LEFEUVRE, Pour en finir avec la repentance coloniale
* le débat sur ce livre : Études Coloniales


2035826330.08.lzzzzzzz4

- Michel MARGAIRAZ et Danielle TARTAKOWSKY, L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire





97828473429182


- Joël CORNETTE : Versailles : le pouvoir de la pierre

gabriel_mg_ibn_khald_n3

- Gabriel MARTINEZ-GROS : Ibn Khaldûn et les sept vies de l'islam.

- Joël CORNETTE : Histoire de la Bretagne et des Bretons.2020825171.08._sclzzzzzzz_1

- Daniel LEFEUVRE : Chère Algérie. La France et sa colonie, 1930-1962.2082105016.01.lzzzzzzz1













Au sujet

des publications d'universitaires


Un universitaire doit accomplir trois types de tâches : 1) l'enseignement 2) la recherche et la diffusion de ses résultats 3) la gestion pédagogique et administrative des activités universitaires.

La publication d'ouvrages découle des deux premières tâches, et l'on distingue, d'une manière générale, les manuels, les livres d'initiation ou de préparation aux concours d'une part, et les livres spécialisés et de recherche d'autre part. Les étudiants doivent accéder aux seconds grâce aux premiers, mais il est stimulant que leur lecture soit combinée.2262023107.08.lzzzzzzz12213015686.08.lzzzzzzz12020173328.08.lzzzzzzz1

 

Le livre d'histoire peut aussi relever de l'essai ou du témoignage (Histoire et politique à gauche : réflexions et témoignage, Maurice Agulhon, Perrin, 2005), du genre biographique (Louis XIV, François Bluche, Fayard, 1986), de la synthèse collective "savante" (Histoire de la France rurale, dir. Georges Duby, 1976)...


                  exemple de manuel                                  exemple de livre spécialisé

                   9782011457547_g1                                       221359998x.08.lzzzzzzz1                                       

- Joël CORNETTE, L'affirmation de l'État absolu, 1492-1652, Hachette, "carré histoire", 5e éd., mars 2006. (l'auteur est enseignant à Paris VIII)
Présentation de l'éditeur
Cet ouvrage dresse le tableau d'un siècle et demi de mutations, lentes ou violentes, souvent dramatiques, qui ont ébranlé le royaume, à l'image de l'affrontement des croyances exacerbé par les deux Réformes (protestante et catholique). Il propose une double lecture : chronologique et thématique.
C'est d'abord un récit, très vivant, au plus près des événements, centré sur la monarchie des XVIe et XVIIe siècles. C'est ensuite une étude du "temps long", celui des transformations qui modifient peu à peu les comportements démographiques, les formes de l'économie, les structures sociales, les attitudes culturelles et les croyances religieuses. Ce livre présente également les recherches les plus récentes, en accordant une2011456967.01.lzzzzzzz3 place privilégiée aux sources, aux débats et aux questionnements des historiens.

Biographie de l'auteur
Ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud,
Joël Cornette est professeur à l'université Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il est l'auteur dans la même collection de Absolutisme et Lumières 1652-1783.



- Dominique BARTHÉLÉMY, La mutation de l'an mil a-t-elle eu lieu ? Servage et chevalerie dans la France des Xe et XIe siècles, Fayard, 1997. (l'auteur est enseignant à Paris IV)
Présentation du livre par l'éditeur

Nombre d'historiens (et parmi eux quelques illustres) demeurent soumis à un modèle - la "société féodale". Comme tout modèle rigide, il les pousse à forcer le trait, à transformer les évolutions en ruptures (par exemple la France de l'an mil), à interpréter toute variation dans le style ou le volume de la documentation comme l'indicateur de bouleversements sociaux. La coupe est pleine quand on fait ressurgir le mythe des terreurs de l'an mil ! Contre la "révolution" prétendument survenue en ces temps, il faut revenir à la chronologie traditionnelle. La servitude antique a changé de visage dès le IXe siècle et la classe dominante a très longtemps conservé les mêmes valeurs, la chevalerie n'ayant pas surgi ex nihilo à l'aube du XIe siècle (Charlemagne n'était-il pas déjà "chevalier" ?). L'histoire des sociétés médiévales marche d'un pas lent, et les évolutions l'emportent sur les mutations brusques. Mais l'auteur ne se borne pas à s'en prendre aux idées à la mode ; il multiplie les études de cas, s'attachant aux rites d'entrée et de sortie dans la servitude et la chevalerie, à leurs fonctions pratiques et aux idées qui les sous-tendent. Il montre aussi que coexistent une noblesse héritée et une énergie proprement chevaleresque ; on retrouve en Charlemagne l'éclat d'une chevalerie royale et dans les récits de la paix de Dieu (989-1054) l'emprise des modèles de l'Ancien Testament.

- bio-biblio de Dominique Barthélémy (université Paris IV, Sorbonne)

2200266197.08.lzzzzzzz2213604290.08.lzzzzzzz2020115549.08.lzzzzzzz

Dominique Barthélémy est également auteur de manuel, par exemple le vol. 3 de la Nouvelle histoire de la France médiévale : L'ordre seigneurial, XI-XIIe siècle, Seuil, 1990.

autres ouvrages de Dominique Barthélémy :

- L'an mil et la paix de Dieu, la France chrétienne et féodale, 980-1060, Fayard, 1999.

- Chevaliers et miracles : la violence et le sacré dans la société féodale, Armand Colin, 2004.




retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 6 juin 2006

Michel Margairaz et Danielle Tartakowsky (L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire)

2035826330.08.lzzzzzzz2


L'avenir nous appartient !

Une histoire du Front populaire



- Michel MARGAIRAZ et Danielle TARTAKOWSKY, L'avenir nous appartient ! Une histoire du Front populaire, Larousse, 2006.

Présentation de l'éditeur
L'été 1936 voit se conjuguer, comme rarement l'histoire en fournit l'occasion, une victoire électorale de toute la gauche - unie pour la première fois sur un programme de lutte contre le fascisme et la crise -, un puissant mouvement populaire exprimé dans des grèves avec occupation et la formation du premier gouvernement à direction socialiste, qui engage nombre de réformes sociales. Par-delà les instants de bonheur célébrés et malgré les contraintes et les contradictions auxquelles il est rapidement confronté, l'événement va s'inscrire dans la durée en amorçant une double révolution culturelle : au sommet, en créant21_mai_1936 une nouvelle culture de gouvernement ; au sein de la société même, en suscitant une véritable culture de mobilisation et de lutte. Grâce à une traversée des textes et une importante iconographie, souvent inédite, les auteurs nous convient à parcourir ainsi une (autre) histoire du Front populaire.

 

Biographie des auteurs
Michel MARGAIRAZ est professeur d'Histoire contemporaine à l'université de Paris-VIII. Il a publié notamment : L'Etat, les finances et l'économie (1932-1952). Histoire d'une conversion (Imprimerie nationale, 1991) ; Histoire économique. XVIIIe-XXe siècle (Larousse, 1992).
Danielle TARTAKOWSKY est professeure d'Histoire contemporaine à l'université Paris-VIII. Spécialiste des mouvements sociaux, elle est l'auteure de divers ouvrages consacrés aux manifestations de rue (La Manif en éclats, la Dispute, 2004), aux fêtes populaires et aux grands mythes ouvriers dont le Premier mai (La Part du rêve : Histoire du 1e mai en France, Hachette, 2006).


front1











une véritable

culture de

mobilisation

et de lutte



 

L’avenir nous appartient !

Une histoire du Front populaire

de Danielle Tartakowsky et Michel Margairaz,

avec la participation de Daniel Lefeuvre

Peu de périodes de l’histoire de France contemporaine ont laissé un tel souvenir dans la mémoire populaire.
Le premier gouvernement socialiste dirigé par Léon Blum, l’occupation des usines, les grèves sur le tas, les congés payés, les 40 heures, autant d’événements qui peuplent l’imaginaire des Français et qui font de l’été 36 un moment de fête pour les uns, une période de chaos social pour les autres.
Sans être fausses, ces images ne recouvrent qu’une partie de la réalité, car comme toute période de profonds changements, le Front populaire est depuis soixante-dix ans l’objet d’une bataille de mémoire, où se mêlent légende dorée et légende noire.
Revendiqué par la gauche, associé à un élan de fraternité et de justice sociale, dénoncé par une partie de la droite pour ne pas avoir préparé le réarmement de la France, ou pour avoir compromis par ses mesures la reprise économique, le Front populaire est depuis lors une sorte de point de repère qui, perçu comme un succès ou un échec, sert à justifier ou à critiquer un programme politique.
L’avenir nous appartient ! entend dépasser ces vieux débats, pour analyser le Front populaire à la lumière des derniers travaux historiques (pour certains encore inédits) et faire le point non seulement des acquis mais des points aveugles (telles que la politique coloniale ou la place des femmes dans le monde du travail).
Réexaminant la question, Danielle Tartakowsky, historienne de la culture et des pratiques politiques, et Michel Margairaz, analyste des phénomènes et des conséquences économiques, en arrivent à la conclusionb_2 que le Front populaire est l’une de ces rares périodes de l’histoire de France où se combinent des mutations à la fois sur le plan des institutions, des partis, des décideurs, et sur le plan des pratiques sociales, culturelles, festives, militantes…
Cette conjonction insolite de mutations crée un véritable événement, propre à s'imprimer dans la durée, par-delà l’instant du bonheur célébré. Au point d’amorcer une véritable révolution culturelle. Mais l’étude de «36» ne serait pas complète sans une réflexion sur sa postérité.
Pour qui s’interroge sur ce que 36 peut encore nous dire, Danielle Tartakowsky et Michel Margairaz en arrivent à la conclusion que le Front populaire, à mesure de l’effacement de la mémoire vivante et de l’évolution contemporaine, n’est plus un modèle politique, mais demeure un mythe social et culturel.
Pour servir les propos des deux auteurs, une iconographie très riche et souvent inédite permet également de montrer l’été 36 sous un angle neuf et complexe, grâce en particulier aux fonds du Musée d’Histoire vivante de Montreuil qui, depuis plusieurs années, recueille des dons, essentiellement photographiques, de témoins et d’acteurs anonymes du Front populaire.

Communiqué des éditions Larousse


ext_media_fichier_221_publication_i_2_11631

1938_lelibertaire






 

1936. Le Front Populaire. Le repas des "camarades" dans l'usine occupée (CNHI)












cf. le site Increvables anarchistes

grves
Elbeuf en 1936


2035826330.08.lzzzzzzz3
fpop011









Dieppe en 1936



L'avenir nous appartient !
Une histoire du Front populaire
Larousse 2006




retour à l'accueil

retour au sommaire des "Publications récentes"


Posté par histoirep8 à 16:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 4 juin 2006

Joël Cornette (Versailles : le pouvoir de la pierre)

9782847342918




Versailles : le pouvoir de la pierre



- Joël CORNETTE, Versailles : le pouvoir de la pierre, Tallandier, mai 2006.

Présentation de l'éditeur
Monarchie et Républiques confondues : les grands travaux du prince seraient-ils une spécificité et une passion française ? Versailles offre, à qui se propose d'en parcourir les pages, un mode d'emploi de l'absolutisme et une interrogation sur le pouvoir. "Architecture parlante", discours politique par la pierre, le marbre, la peinture, Versailles s'identifie en grande partie au long règne de Louis XIV (1643-1715). C'est à une relecture de ce règne et de la monarchie de l'Ancien Régime que nous vous invitons. L'histoire du château, tout d'abord : par ses dimensions, par son opulence, par sa richesse artistique, ce palais du "plus grand roi du monde" a été un modèle pour tous les souverains de l'Europe des Lumières. L'histoire d'une forme de pouvoir, ensuite : l'Etat absolu, dont Versailles constitue la cour, fut imité, contesté, avant d'être abattu par les révolutionnaires de 1789. Mais la "grande histoire" ne doit pas masquer les manifestations moins connues de la vie quotidienne à Versailles : rituel contraignant de la cour, problèmes d'intendance, espace bruissant de rumeurs, de cabales, de scandales... Ce volume offre également un dossier d'histoire en construction : le lecteur découvrira les sources et les études multiples qui ont profondément renouvelé notre compréhension de ce monument de la "nation France".

Biographie de l'auteur
Joël Cornette est professeur à l'université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il est l'auteur de plusieurs
cornette_jo_l_photo1 ouvrages de référence dont La France de la monarchie absolue, 1610-1715 (Points-Seuil, 1997) et Versailles : le palais du roi Louis XIV (Sélection du Reader's Digest, 1999).


2709810786.08.lzzzzzzz1



versailles_perspective1

Le palais de Versailles fut l'instrument de la grandeur du prince. Il constitue d'une certaine manière le livre d'images de l'absolutisme, et peut-être plus encore : son plus spectaculaire fondement en forme de reliquaire royal. Mais il convient d'aborder et d'analyser avec prudence cet espace jalonné de signes visuels, d'autant, selon le mot de la princesse Palatine, qu'il n'y a pas un endroit à Versailles qui n'ait été modifié dix fois". Le "chétif château" du temps de Louis XIII fut en effet un perpétuel chantier dont les2228893641.08.lzzzzzzz3 étapes et les transformations signalent les métamorphoses, les affrontements esthétiques et quelques-uns des enjeux politiques qui marquèrent le "Grand Siècle".

(Joël Cornette, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Payot, 2000, p. 231)

 



versailles_ext_rieur

Versailles - Le roi demande aux meilleurs artistes de son temps de lui construire une résidence digne de lui : de 1662 à 1702, Versailles est un immense chantier où travaillent les architectes2020108798.08.lzzzzzzz Louis Le Vau, puis Jules Hardouin-Mansart et Robert de Cotte, le peintre Charles Le Brun, le jardinier Le Nôtre. En 1682, la cour s'installe définitivement dans ce cadre incomparable. Majesté, symétrie, mesure, telles sont les caractéristiques d'un ensemble où tout concourt à la gloire du souverain. Bâtiments et jardins s'ordonnent autour d'un grand axe qui part de la statue du roi dans la cour d'accès, passe par sa chambre au centre du palais et se prolonge par le Tapis vert et le Grand Canal. L'immense façade du château, du côté des jardins, est d'une ordonnance toute classique, avec ses trois étages, ses hautes fenêtres encadrées de pilastres, ses toits en terrasse limités par une balustrade.

François Lebrun, in Histoire de France, Points-Seuil, 1989, p. 214.

97828473429181





Versailles,

palais du "plus grand roi du monde",

a été un modèle pour tous les souverains

de l'Europe des Lumières




Joël CORNETTE, Versailles : le pouvoir de la pierre,
Tallandier, mai 2006.



retour au sommaire des "Publications récentes"

retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 14:38 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

mercredi 31 mai 2006

Gabriel Martinez-Gros (Ibn Khaldûn)

gabriel_mg_ibn_khald_n


Ibn Khaldûn et les sept vies de l'Islam




gabriel_mg_portrait1

Gabriel MARTINEZ-GROS
Ibn Khaldûn et les sept vies de l'Islam 
Sindbad                 
La Bibliothèque arabe
juin 2006 / 14 x 22,5 / 368 pages
ISBN 2-7427-6114-4 / AS3492
prix indicatif : 25,00 €                

disponible en librairie le 01/06/2006


Pour Ibn Khaldûn, l'État est un processus contradictoire, construit par une violence organisée, que son fonctionnement l'amène cependant à affaiblir, puis anéantir. C'est dans le monde "bédouin", où la violence des groupes est rendue nécessaire par le souci de se défendre et de survivre, que l'État va puiser la force nécessaire à son existence et à son maintien. Cette force fond au bout d'un certain temps au feu de la pacification étatique, et doit être renouvelée.
Il existe donc une relation intime et délétère entre l'État et la tribu. L'une nourrit l'autre, et s'y engloutit. Ce mécanisme simple admet une infinité de variantes et de nuances que Gabriel Martinez-Gros étudie à la fois dans l'Introduction (Muqaddima) et dans l'Histoire universelle d'Ibn Khaldûn. Il s'interroge ensuite sur les conditions de pertinence de la théorie, de fait bien adaptée à une histoire impériale dont on peut repérer la mise en place en Orient dès le premier millénaire avant notre ère, mais que les royaumes hellénistiques ou l'Empire romain illustrent aussi. En revanche, l'histoire de l'Occident médiéval et de l'Ancien Régime ne correspond guère à ce schéma, et encore moins l'histoire des nations modernes. Mais une forme d'épuisement du progrès économique, la mise en cause des nations, le malaise des démocraties pourraient rendre actualité, dans nos propres sociétés, à la théorie d'Ibn Khaldûn.


ibn_khadun

Ibn Khaldûn (1332 à Tunis - 1406 au Caire)
(portrait n'ayant aucune réalité historique)

ibn_khadun_autografo













Gabriel Martinez-Gros
- bio-biblio
- biblio (Casa de Velazquez)

Gabriel Martinez-Gros, né en 1950, agrégé d'Histoire, ancien pensionnaire de la Casa de Velazquez (Madrid, 1982-1985), professeur d'histoire du Moyen Âge à l'université Paris VIII-Saint-Denis, a déjà publié : L'idéologie omeyyade - la construction de la légitimité de califat de Cordoue, Xe-XIe siècles (Bibliothèque de la Casa de Velazquez, 1992),  Identité andalouse (Sindbad/Actes Sud, 1997), Pays d'Islam et monde latin, Xe-XIIe (co-dir., Atlande, 2000),  L'islam en dissidence (avec Lucette Valensi, Seuil, 2004) ; et a traduit : Ce que la culture doit aux Arabes d'Espagne, de Juan Vernet (Sindbad, 1985 ; et Actes Sud, 2000), et De l'amour et des amants [Le Collier de la colombe] d'Ibn Hazm (Sinbdad, 1992).

getblob274271054x.08.lzzzzzzz2727402104.08.lzzzzzzzpays_d_islam_et_monde_latin2020541351.01.lzzzzzzzgabriel_mg_ibn_khald_n1


21 mai 2006

retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 09:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 mai 2006

Joël Cornette (Histoire de la Bretagne et des Bretons)

2020825171.08._sclzzzzzzz_2


Histoire de la Bretagne et des Bretons



cornettejHistoire de la Bretagne et des Bretons. Tome 1 : Des âges obscurs au règne de Louis XIV ; tome 2 : Des Lumières au XXIe siècle, Seuil, 2005.

h_3






Louis XII et Anne de Bretagne en 1498
(soit un an avant leur mariage)


Présentation de l'éditeur
Devenue française en 1532, la Bretagne n'a jamais cessé d'être elle-même. Son identité s'impose, par-delà les lieux communs, de la "Celtie" idéalisée des druides et des chevaliers du Graal, jusqu'à Bécassine. Dans ce livre-somme, Joël Cornette, Breton et historien, retrace l'aventure mouvementée d'un territoire singulier, depuis ses plus lointaines origines jusqu'à l'aube du XXIe siècle. Voici la Bretagne restituée, "en majesté" : des menhirs de Carnac à la fin du dernier millénaire, en passant par les effervescences de 1789 ; de l'ère viking à la "révolution verte" de l'agriculture ; de la grande à la petite histoire, avec la foule des Bretons anonymes mais aussi les personnages illustres, les ruptures fondatrices comme les révolutions silencieuses, vécues au quotidien. Ce livre ne s'inscrit pas dans la lignée du nationalisme régional ; il ne réduit pas non plus l'histoire de l'Armorique à un simple sous-ensemble de la "nation France". A l'heure d'une Europe ouverte et plurielle, cette province si ancienne, passionnément bretonne et éminemment française, offre le modèle politique inédit d'une alliance apaisée entre région, nation et continent.

Biographie de l'auteur
Né à Brest, Joël Cornette est un ancien élève de l'Ecole normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire, professeur à l'université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis. Il est l'auteur, notamment, du Roi de guerre, Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle (Payot, 1993, rééd. 2000) et a dirigé dans L'Histoire de la France politique le volume La Monarchie entre Renaissance et Révolution (Seuil, 2000).


- compte-rendu par Thierry Sarmant, archiviste-paléographe, docteur de l'université de Paris-I-Sorbonne, conservateur en chef du patrimoine au Service historique de l'armée de Terre (nov. 2005)

senat* l'ouvrage de Joël Cornette est sélectionné parmi les trois finalistes pour le Prix du Sénat du livre d'Histoire qui sera décerné le 10 juin 2006 (les deux autres étant les livres de Jocelyne Dakhlia et de Mona Ozouf).


cg44_273_g






re_anne_bretagne_bourdichon1

Assises du Parlement de Bretagne
(cf. site des archives départementales
de Loire-Atlantique)




Anne de Bretagne (1477-1514),
mariée à deux rois de France


 

diapositive16



2020548909.01.lzzzzzzz    2020825171.01.lzzzzzzz

Histoire de la Bretagne et des Bretons.
Tome 1 : Des âges obscurs au règne de Louis XIV ;
tome 2 : Des Lumières au XXIe siècle
,

Seuil, 2005.



retour à l'accueil


Posté par histoirep8 à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Daniel Lefeuvre (Chère Algérie)

2082105016.01.lzzzzzzz6



Chère Algérie. La France et sa colonie,

1930-1962



alg_rie_vivra_fran_aise
L'Algérie vivra française



- Chère Algérie. La France et sa colonie, 1930-1962, Flammarion, 2005.

Présentation de l'éditeur2082105016.01.lzzzzzzz4
Plus de deux cent mille morts, côté algérien, près de trente mille morts, côté français : telle fut l'issue sanglante de la guerre d'Algérie. Cette guerre meurtrière, qui a longtemps tu son nom, fut aussi extrêmement coûteuse : elle a représenté 20 % du budget de l'Etat pour la seule année 1959. Fallait-il que les enjeux soient considérables pour que la France manifeste, si longtemps, un tel attachement ! Or ce livre démontre qu'il n'en fut rien, mettant à mal, au passage, bien des idées reçues : dès le début des années trente, l'Algérie connaît une crise qui ira s'aggravant jusqu'à son indépendance, et représente un fardeau toujours plus lourd pour la métropole. Les ressources sont insuffisantes pour nourrir une population qui croît très vite, car l'Algérie n'est pas ce pays richement doté par la nature qu'on s'est longtemps plu à imaginer ; la misère s'étend, les Algériens sont, très tôt, contraints de s'expatrier pour nourrir leurs familles - et non parce que la France fait appel à eux pour se reconstruire après 1945. Cette crise, aucune mesure n'a pu la juguler, ni les tentatives pour industrialiser la colonie avant la guerre, ni le plan de Constantine décidé en 1958. Quant à la découverte des hydrocarbures du Sahara, elle fut loin de représenter la manne qui aurait avivé la cupidité de la puissance coloniale... Analysant les relations complexes et changeantes entre les acteurs de la colonisation - État, organismes patronaux, entreprises, citoyens -, Daniel Lefeuvre propose une histoire nuancée et critique de ce pan tragique de notre passé colonial, au risque de heurter les partisans de la commémoration nostalgique comme les tenants d'une "repentance" mal entendue.
m_dany3




2082105016.01.lzzzzzzz5





Biographie de l'auteur
Daniel Lefeuvre est professeur à l'université Paris-VIII Saint-Denis, et l'un des grands spécialistes de l'Algérie française. Il a notamment édité les
Lettres d'Algérie d'André Ségura (Nicolas Philippe, 2004) et collaboré à La Guerre d'Algérie, 1954-2004, la fin de l'amnésie (Laffont,2004).





retour à l'accueil

Posté par histoirep8 à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]